10 habitudes qui vous font stresser au travail

Mis à jour : 9 août 2020



Comme je vous en ai déjà parlé plusieurs fois sur mon blog, le stress est un poison pour notre santé, nos relations et même nos projets. Souvent, ce stress est tellement profondément ancré en nous que nous avons l’impression d’avoir tout essayé pour nous en débarrasser.


Le problème vient souvent du fait que nous avons pris de mauvaises habitudes qui sont sources de stress. On devient inquiet, angoissé, on ne se sent plus performant, on a l’impression d’être tout le temps fatigué.


Dans cet article, j’ai décidé de faire un focus sur les habitudes qui participent à faire monter la pression dans notre vie professionnelle. Pour chacune de ces habitudes, je vous donne des solutions pour que vous puissiez adopter un nouveau comportement qui augmentera votre efficacité et votre bien-être au travail.


C’est parti !



Habitude à remplacer N°1 : le manque de concentration


La première habitude à gommer c’est le manque de concentration. Vous avez du mal à suivre une réunion, vous procrastinez, vous êtes “ailleurs”, tous ces signes d’un manque de concentration sont de gros facteurs de stress.


Mais alors, comment être plus concentré ?


Solution 1 : surveiller ses pensées


Vous êtes en train de travailler sur un dossier et des pensées qui n’ont rien à voir avec ce que vous êtes en train de faire viennent vous perturber. Vous ruminez sur un reproche qu’on vous a fait un peu plus tôt dans la journée, vous imaginez votre dîner de ce soir ou vous fantasmer sur vos prochaines vacances. Pour revenir “ici et maintenant” et retrouver votre concentration, chassez ses pensées parasites. Il existe de nombreuses techniques de méditation consciente pour ramener son esprit à 100% sur la tâche qu’on est en train d’accomplir. Par exemple, dans ma formation “Arrêter de stresser”, je vous donne 9 exercices pour apprendre à vivre l’instant présent.


Solutions 2 : mieux s’organiser


Lorsqu’on arrive à bien gérer son temps, on gagne immédiatement en sérénité. Si vous êtes plutôt du genre désordonné, suivez ces quelques conseils :

  • identifiez ce qui est urgent et ce qui est important et faites des priorisations

  • quand on vous sollicite, soyez bienveillant mais expéditif

  • osez dire quand vous n’êtes pas disponible

  • rangez vos dossiers, conservez uniquement ce qui vous est utile


Si vous avez besoin de techniques de communication pour ne plus perdre du temps dans vos conversations professionnelles sans pour autant heurter vos collègues, dites-le moi en commentaires, je vous ferai une vidéo sur ce thème.


Solutions 3 : éloigner son portable


Nos téléphones nous sollicitent en permanence. Les appels, les messages et toutes les notifications de nos diverses applications rendent la concentration très difficile. En plus, souvent, même si notre téléphone ne sonne pas, nous avons besoin de le regarder, c’est notre nouvelle drogue.


Alors, pour retrouver votre liberté, éloignez vos téléphones ! L’Homme aime la facilité, si vous laissez votre téléphone à proximité, posé sur votre bureau, vous serez toujours tenté de le regarder, alors que si vous le mettez dans votre sac ou dans un tiroir, l’effort nécessaire pour le récupérer sera suffisant pour vous dissuader de le consulter trop souvent.


En mettant en place, ces 3 solutions, vous allez gagner en concentration et donc diminuer votre stress.



Habitude à remplacer N°2 : dire “oui” à tout


Votre charge de travail ne vous permet pas toujours d’accepter les missions supplémentaires que votre patron veut vous confier.


Vous avez le devoir de dire quand vous ne pouvez plus travailler dans de bonnes conditions.

Bien sûr, il est souvent très délicat de refuser une tâche, heureusement il existe des façons “politiquement correct” de dire non. Votre patron est un être humain, il peut comprendre que vous avez trop de travail. D’autant plus, qu’il est très difficile d’évaluer avec précision la charge de travail d’une personne. On travaille tous à des vitesses différentes, certains sujets sont beaucoup plus complexes à traiter qu’ils n’y paraissent. Il n’y a que vous qui pouvez informer vos collègues quand vous avez trop de travail.


Le conseil que je vous donne, c’est d’être vrai avec vous-même, c’est d’ailleurs la première fondation de mon livre Ce que la forêt m’a appris. Pour que les autres vous comprennent, dites-vous à vous-même, la vérité à propos de vous-même. Si vous sentez de façon honnête que vous n’allez pas vous en sortir avec un dossier supplémentaire, dites-le. Votre patron sentira votre authenticité, vous serez sur la même fréquence et vous pourrez avoir une discussion constructive afin de trouver une solution efficace pour le travail et convenable pour vous.






Habitude à remplacer N°3 : ne pas dire “stop” aux bouffeurs d’énergie


On a parfois des collègues qui sont ce que j’appelle des “bouffeurs d’énergie”. Il s’agit de ces personnes qui ont besoin de parler. Elles viennent solliciter votre écoute que ce soit pour vous parler du travail ou de leur vie personnelle.


Tous les professionnels de l’écoute vous le diront, écouter quelqu’un demande beaucoup d’énergie, surtout si cette personne exprime une plainte, une critique ou un mal-être. Ce n’est pas pour rien que les coachs ou les psychologues bénéficient de supervision pour ne pas être atteint par ce qu’on leur a confié. Il arrive parfois que les problèmes des autres fassent échos à des choses que vous avez vous-même vécu, les conséquences sur votre humeur voire votre santé mentale ne doivent pas être prises à la légère.

Votre devoir est de vous protéger. N’acceptez pas que les autres viennent se défouler sur vous.


Mais comment faire quand un “bouffeur d’énergie” nous prend pour cible?


Il faut distinguer deux situations. Si vous sentez que vous avez la force et l’envie d’écouter, faites-le. Si ça vous dérange ou si vous ne pouvez pas, informez la personne. Soyez ferme mais parlez avec amour. Ne chassez pas la personne, dites-lui simplement que vous êtes désolé mais là vous n’avez vraiment pas le temps ou vous avez beaucoup de choses dans la tête ou n’importe quelle autre excuse qui ne la vexera pas mais qui ne lui laissera pas d’autre choix que de vous laisser tranquille. En faisant cela, vous vous rendez un grand service et souvent vous aidez aussi ces personnes car ainsi elles peuvent prendre conscience que leur comportement n’est pas adapté au monde du travail.


Pour bien repérer les “bouffeurs d’énergie”, il est important de noter que ces personnes ne viennent pas forcément se plaindre. Au contraire, elles peuvent parfois solliciter votre écoute pour dire à quel point que leur vie est géniale. Je vais donc vous donner un conseil important. Quand vous êtes au travail et que vous avez envie de raconter votre weekend ou de parler de vos enfants, attendez que votre interlocuteur vous en ait donné la permission. Par exemple, attendez qu’il vous demande comment s’est passé votre weekend ou comment vont vos enfants. Sans cette permission, ne parlez pas de votre vie personnelle car vous ne savez pas ce que vit votre collègue et s’il est prêt à recevoir ce que vous voulez partager. On ne connaît pas toujours les épreuves que les autres traversent…



Habitude à remplacer N°4 : travailler dans l’urgence


Beaucoup de personnes aiment travailler so